Qu’est ce que c’est que vivre à Hong Kong ?

Vous avez souvent lu sur le web que Hong Kong est la ville où les loyers sont les plus élevés au monde, mais comme pour toutes choses, si vous ne les voyez pas, vous ne les croyez pas !

Sa ligne d’horizon est l’une des plus belles du monde, et chaque soir, à 20 heures pile, elle offre un spectacle de lumières et de sons que les touristes n’oublieront pas facilement : Hong Kong est la ville classique qui ne dort jamais, et qui offre à ses habitants toujours quelque chose à faire, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais qu’est-ce que c’est vraiment que de vivre à Hong Kong ? Et, surtout, combien cela coûte-t-il ? La réponse pourrait être « un peu et beaucoup », car si, d’une part, nous trouvons de la bonne nourriture et des transports efficaces à des prix avantageux, d’autre part, nous avons les loyers les plus élevés du monde et des appartements vendus jusqu’aux étoiles et au-delà !

Espace habitable réduite

On a personnellement visité plusieurs appartements dans le quartier de Kowloon City, et le premier impact a été un véritable choc : de véritables masures réduites aux conditions minimales sans le minimum d’espace habitable, situées dans de vieux immeubles préfabriqués, délabrés et sans ascenseur… le prix ? Pas moins de 6000 HK$ (environ 600 euros) pour des « appartements » d’une pièce plus une mini-salle de bain et, si vous avez de la chance, une petite niche avec un évier invisible et une minuscule étagère sur laquelle poser, éventuellement, une cuisinière électrique. Et l’unique pièce est si petite que, une fois le lit placé, rien d’autre ne rentre. Vous vous demandez peut-être : « Et la table ? Et les chaises ? Et la cuisine ? Et pour tout le reste ? »… juste ce qu’il faut.

On a remarqué, que la vie ici est tellement trépidante que les gens n’ont pas le temps matériel de vivre dans leur maison, et c’est principalement pour cette raison qu’ils ne semblent pas avoir besoin des espaces immenses et confortables dont nous avons l’habitude de profiter en Italie. La maison est conçue comme un endroit où dormir et c’est tout, car pendant le reste de la journée, les Hongkongais vivent dehors, complètement absorbés par leur travail.

Minimum de décoration

Dans la maison d’un Hongkongais, vous ne trouverez aucun tableau accroché aux murs, aucune plante décorative, aucun rideau à fleurs, aucun meuble. Ils n’ont même pas besoin d’une cuisine, car faire les courses et cuisiner à la maison coûte beaucoup plus cher que dans un restaurant (sans compter que de toute façon, ils n’auraient pas le temps de rentrer chez eux pour cuisiner !) Aussi, ne soyez pas surpris s’ils vous invitent chez eux et vous font trouver des lits défaits, des pantoufles qui traînent et des sous-vêtements sur le canapé… à Hong Kong, personne ne se formalise !

Loyer les plus élevés du monde

Mais n’ayez pas peur, car, en plus de trouver les loyers les plus élevés du monde, les appartements « normaux » existent aussi ici ! Nous parlons des nombreux complexes de tours actuellement en construction un peu partout (vous pouvez voir le contraste ancien/nouveau sur la photo ci-dessus), et qu’on a rebaptisés « ruches humaines », car c’est exactement le sentiment qu’ils véhiculent. Etroits et longs, ils peuvent atteindre jusqu’à soixante étages et sont conçus pour contenir le plus de familles possible dans un espace réduit… Personnellement, on habite au 56e étage du complexe appelé « Sky Tower » !

Les quatre ou cinq premiers étages des tours sont généralement équipés de tout type de confort réservé exclusivement aux résidents, qui peuvent y accéder au moyen d’un badge électronique : salles de sport, piscines, courts de tennis, salles de jeux, salles de lecture… bref, rien ne manque ! L’impression que vous avez en franchissant la porte du hall est que vous êtes dans un véritable hôtel cinq étoiles !

Oui, mais… les appartements ? Ils ont les loyers les plus élevés du monde et la typologie, malheureusement, ne change pas beaucoup par rapport à celle décrite ci-dessus. Dans les tours, nous disposons d’une cuisine, d’une salle de bains, de deux ou trois chambres et d’un petit salon, mais les espaces sont réduits au strict minimum, et vous vous retrouvez sans aucune intimité.

En ce qui concerne les coûts, tenez-vous bien, vous devrez débourser au moins 16000 HK$ (environ 1600 euros) par mois et donner un an à l’avance ! Eh bien, le confort a son prix, et disons qu’il est cher… Vous vous demandez peut-être pourquoi tout cela se produit. Pourquoi des personnes qui sortent le matin et rentrent le soir juste pour dormir devraient-elles être obligées de dépenser autant d’argent pour une maison dont elles ne peuvent même pas profiter ? Pourquoi le gouvernement ne « récompense »-t-il pas la population d’une manière ou d’une autre ?

En fait, il y a une tranche de personnes « récompensées »… une fortune dans le malheur. Ici à Hong Kong, en fait, il y a beaucoup de maisons gouvernementales, une sorte de « logement social » que le gouvernement offre à environ 2000 HK$ par mois (environ 200 euros) à ceux qui ont un revenu très faible… disons presque nul et ne peuvent pas se permettre de payer autant. C’est précisément pour cette raison qu’il est pratiquement impossible pour un Hongkongais d’entrer dans la liste de classement pour espérer obtenir une maison du gouvernement, et qu’il est donc court-circuité par des personnes pauvres du continent qui parviennent, au contraire, à obtenir une maison sans problème.